IN SITU – Exemples de situations

Situation(s) Buissonière(s) – Vous (F)êtes Ici – Sotteville les Rouen (76) – 2017 – 2018

En ces temps de crises, à quoi servent les temps de fête ? Comment un quartier fait-il la fête ? Quels sont les temps forts qui auront marqué la vie du quartier Ferdinand Buisson en 2017 : les 80 ans de Jeannie, le mariage de Rita et Abdel, le bac d’untel ou tel autre ?

Nous entendons tous les jours à la radio, à la télévision, le refrain de la crise qui nous est martelé, ce flux permanent de mauvaises nouvelles créant un climat morose. Comment dépasser, à l’échelle de son quartier, la crise économique, sociale, morale… ? Comment tisser du lien social et inventer de nouvelles façons de côtoyer ses voisins ?

Nous avons tenté de percer les cloisons symboliques qui existent entre les différentes façons de faire la fête. Se faire inviter dans des fêtes de familles, d’amis, de voisins du quartier Ferdinand Buisson, pour puiser des matériaux poétiques et sensibles afin de réaliser des portraits festifs en retour à ceux qui nous ont invités, les Fêtes miroirs.

Ces moments festifs partagés ont finalement été mis en lumière lors d’un acte artistique final à l’occasion de la Fête des voisins sous une forme hybride, entre installations-performance et participateuf.

Un projet proposé par l’Atelier 231 – Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public, avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Normandie) et la Ville de Sotteville-Lès-Rouen.



 


Œuvre mémorielle en Situation(s) à Villetaneuse (93) – 2016 – 2017

Le collectif Random a imaginé le scénario d’une aventure artistique et citoyenne qui a abouti à la réalisation d’une œuvre commémorative participative autour des notions de respect des libertés et des droits de l’homme.

Trois statues en bronze ont pris place sur le parvis de la future gare de Villetaneuse.

Cette réalisation est l’aboutissement d’un processus de co-construction entre les « habitant-e-s- complices » de Villetaneuse et les artistes du collectif Random. Durant 1 an de juin 2016 à juin 2017, l’équipe du collectif Random s’est mise en lien avec les habitants et avec de nombreuses structures locales (Maison de retraite, écoles, centres de loisirs,…) afin d’interroger les thèmes des libertés, des luttes passées, présentes et futures et de l’émancipation des peuples. Au cours d’ateliers-débats et d’ateliers corps, la parole des habitants a été recueillie et a nourri l’œuvre finale.

 

Un système de sonorisation intégré dans les statues et conçu par Jérémy Morelle permet de faire entendre aux passants la parole des habitant-e-s de Villetaneuse recueillie durant toute l’aventure. Durant chacune des étapes du processus de création, les habitants ont été impliqués :

Les postures des statues ont été choisies et moulées à la suite d’ateliers avec les habitant-e-s.

Les sons diffusés sont des paysages sonores montés à partir de paroles d’habitant-e-s collectées tout au long du processus, de témoignages et  d’un chant interprété par une chorale d’enfants du conservatoire d’Epinay-Villetaneuse.

Les sons peuvent être activés par les passants à l’aide de boutons poussoirs positionnés à côté des statues.

Les actes artistiques menés durant cette aventure ont permis de :

  • «Faire face à l’Histoire» et ainsi mieux comprendre les histoires humaines qui ont fait Villetaneuse.
  • Permettre de créer du dialogue entre les anciens et les plus jeunes afin de faire prendre conscience que nous sommes tous un petit bout d’histoire.
  • Créer du débat, faire réfléchir, donner ensemble du sens et de la chair aux notions de « libertés et de droits de l’homme ».
  • Valoriser le patrimoine humain de Villetaneuse. Créer du récit collectif et fédérer autour d’une aventure artistique et citoyenne qui parle de l’émancipation des peuples.


Situation(s) Robespierre – histoire(s) et humeur(s) d’humains migrateurs – La Courneuve (93) – 2017 – 2019

 

Dans la chair de la barre Robespierre aux 4000 Nord, faire le récit des histoires et humeurs des humains migrateurs. Faire parler les murs avant qu’ils ne tombent, laisser entendre l’écho des voix des vivants des 4000 appartements.

Laisser exalter la poésie de ces lieux et la super présence des futurs absents… écouter la forêt qui tombe et l’arbre qui pousse…

Réunir les habitants, le bailleur, les élèves, les travailleurs, etc. Remonter ou accélérer le cours du temps et faire une pause afin de déposer les langues et les imaginaires.

Observer, respirer, dire, célébrer, pleurer, hurler, s’insurger, se fantasmer, se re-territorialiser.

Revisiter cette petite histoire des grands ensembles, celle-ci qui petit à petit disparaît sous nos yeux… Pour écouter la foultitude de trajets de vie imprimés sur les murs et mettre en équilibre toutes vérités bien-pensantes.

La démolition de la barre Robespierre impacte le quartier, ses habitants, mais surtout ses occupants. Le collectif les accompagne donc dans cette période de transition et de grands changements.

Réalisé en partenariat avec la Ville de la Courneuve, Plaine commune, l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires et Plaine Commune Habitat.


 


Chrono(s)Cité

Une odyssée des espaces entre la Prêtresse et le Clos Saint-Lazare – Stains (93) – 2016 – 2018

Une réflexion sensible sur ce qui se tisse entre l’humain et l’urbain, qui met en lumière les enjeux de la fabrique de la ville et la question fondamentale du partage de l’espace public.

Avec pour vaisseau la RANDOMobile, le collectif a embarqué ces deux quartiers dans un voyage de 365 jours au cours duquel il a remonté le temps, vécu le présent et envisagé le futur. Un périple à la quête d’histoires, de rencontres et de temps partagé dans le quartier afin d’en créer un portrait vivant. Un parcours de 24h est venu finaliser l’expérience. De moments intimes en œuvres monumentales, les quartiers du Clos et de La Prêtresse ont vécu le temps d’un weekend au rythme des interventions du collectif, réalisées avec le concours et la complicité de ses habitants, travailleurs, associations.

Chaque  installation nourrit une interrogation centrale :

«Est-ce que j’appartiens au territoire ou est-ce que c’est le territoire qui m’appartient ? »

Soutenu et financé par la ville de Stains et le département de Seine-Saint-Denis dans le cadre d’une convention de coopération territoriale, par Plaine Commune, Etablissement Public Territorial identifié comme territoire de la culture et de la création au sein du Grand Paris et par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) à travers le contrat de ville.


 


Situation(s) Pronomade(s) – L’Agence de  La Ligne – Saint-Gaudens (31) – 2018 – 2019

L’Agence de La Ligne, missionnée dans le cadre de la Poétique de la Ville de St Gaudens, a  pour mission de penser, de concevoir et de tracer une ligne pour et avec les personnes du quartier de la Résidence à Saint-Gaudens.

Son objectif étant d’améliorer les interconnections, c’est pourquoi elle s’est installé au cœur de ce quartier.

Les agents de La Ligne, épaulés des membres de l’amicale de l’alignement recrutés sur le terrain, vont donc travailler à l’élaboration de La Ligne au travers d’un processus de concertation, d’ateliers, de discussions.

Le tracé de cette Ligne est avant tout l’occasion de prendre le temps de se connaître, de faire converger les personnes liées au quartier et laisser ensuite la trace de ce processus grâce au Bureau de la Ligne qui restera à disposition suite au départ du collectif.

Le Bureau de La Ligne est missionné, dans le cadre de la Poétique de la Ville, par Pronomade(s) en Haute-Garonne, accompagné par la DRAC Occitanie, la Région Occitanie, le Conseil départemental de la Haute-Garonne et la Ville de Saint-Gaudens


 


Situation(s) Pionnière(s) aux Touleuses – Cergy, ville désirable ? – Cergy (95) – 2018

Ici, septembre 2018.

Faisons machine arrière, retournons scruter dans le passé, lorsque les pionniers sont arrivés… Cergy ville nouvelle, quartier des Touleuses, une zone désirable à l’arrivée, dans les années 1970. Et aujourd’hui ? Que désire-t-on pour sa ville, son quartier ? Qu’est-ce qui nous y attire ? Des pionniers aux habitants actuels, interrogeons ce qui se tisse dans ce corps à corps entre la ville et l’humain… Le collectif Random propose une balade poétique, sonore, vidéo incarnée par des Cergyssois. Elle oscille entre réalité et fiction, teintée de fantasmes, de désirs accomplis ou non, de visions utopiques, d’hier à aujourd’hui… Ouvrez grand les yeux et les oreilles, laissez-vous surprendre par les Touleuses… Cette déambulation spectaculaire est le résultat de 3 semaines de résidence sur le quartier, en collaboration artistique et humaine étroite avec les structures locales, associations et habitants du quartier.

Soutenu et financé par la Ville de Cergy (Festival « Cergy Soit ! ») et la DRAC Ile-de-France – Service théâtre


 

 

 

Découvrez des extraits sonores des captures et collectes faites lors des Situation(s) :

Un lien pour en découvrir plus sur nos aventures dans le 93 :

https://attentionrandom.wixsite.com/situations-93